Harry et Pauline : persona de Pauline

le 16-05-22 21:19

Qui est Pauline ?

Pauline est une jeune femme de vingt-cinq ans. Brune de taille moyenne, elle a de beaux yeux vert et marron selon la lumière. En tout cas c’est ce que dit sa mère avec qui elle vit toujours.
Son père est mort quand elle était enfant, et sa mère n’a jamais refait sa vie.
Tout ceci ne l’a pas empêché d’avoir une jeunesse heureuse et très studieuse.
Très vite elle a été repérée et testée comme haut potentiel au sein de son école quand elle avait 4 ans. Impossible pour elle de ne pas se faire remarquer. Alors que tous les autres enfants partaient faire la sieste, elle restait éveillée et en profitait pour avoir de fait, toute l’attention des institutrices.
Ainsi elle absorbe masse d’informations à la demande, et tout y passe. La mythologie grecque, les poupées et leurs histoires, les animaux de toutes sortes, l’univers, etc.

Au fur et à mesure de ses entrées en grande section, en primaire, en secondaire, en université, et enfin licence et doctorat (sans parler des associations, des écoles d’été, ou des prépas !) elle ingurgitera les instructions comme un puits sans fond.
Pour elle, c’est un jeu, elle lit et retient. Mais à la différence de vous ou de moi, elle utilise ce qu’elle vient d’apprendre, elle met en relation toutes ses connaissances. Les choses s’articulent dans sa tête sans aucun effort, sauf peut être celui de l’intérêt. Car comme toutes les têtes bien faites, si l’intérêt n’y est pas, la solution n’y sera pas non plus.
Bien évidemment, tous ses diplômes, elle les a obtenus avec quatre ans d’avance ce qui n’a pas toujours était d’une grande simplicité. Souvent considérée comme le bébé de la promo, rejetée pour les fêtes d’étudiants, mais encensée pour ses activités et ses recherches, elle a déjà du haut de ses 25 ans largement gagner sa place dans le centre où elle est employée.

Depuis, elle n’a fait que ça, réfléchir, travailler, lire, s’enfermer dans sa chambre. La différence d’âge ne lui a jamais permis de nouer des amitiés, laissant son côté cerveau solitaire prendre le dessus. Elle n’a donc gardé qu’une copine au fil du temps, une seule, une pote de petite enfance. Elles étaient inséparables en primaire, puis séparées par le temps et à nouveau réunies par une fête de fin d’études et de réussite de diplôme organisée par maman. Désormais Vanessa est l’unique à la comprendre et qui compte. Avec elle, il n’y a ni jalousie ni concurrence. Elle est son exact opposée, mais qui ne le serait pas !

Pauline n’aime pas sortir, Vanessa est capable de partir à Ibiza sur un coup de tête, Pauline ne regarde pas les hommes (même si elle a eu des aventures), Vanessa enchaine les petits amis, Pauline peut passer des heures et des nuits à lire des thèses de recherche, Vanessa ne jure que par les romans de fantasy. On pourrait allonger la liste à l’infini.
Elle ne conçoit pas la vie comme les autres c’est une évidence. Tout ce que ses congénères font lui apparait dénué d’intérêt, pour les « plat du cerveau » comme elle le dit quand on veut lui imposer quelque chose qu’elle trouve stupide.
Elle travaille donc en permanence, apprend, recherche, et vit chez sa mère. Elle n’éprouve pas de besoin particulier si ce n’est celui de nourrir sa matière grise.
Le sport ? Pourquoi pas répondait-elle, mais elle enchainait tout de suite après, en gardant tout son sérieux « dès que j’ai fini les douze volumes de la mise en place du signal noir par Robert Schmurtzgler », livre et auteur totalement inventé. Mais elle savait pertinemment que personne n’irait vérifier et que même pire, cela accroitrait sa réputation de singe savant qu’on se faisait d’elle.

Voilà, maintenant vous avez une petite idée de qui est Pauline.

image pixabaySofie Zbořilová