10 h 28

10 h 28

— On fait une pause ? Un café ?
— Oui pas de refus.
David écarquilla les yeux.
— Ça fait déjà deux heures qu’on est sur ce problème ?
— Viens, on réfléchira mieux avec un peu de dopant.
Il s’étira avant de se lever et de se diriger vers la cafetière posée sur un coin d’étagère. En passant, il jeta un œil par la fenêtre qui donnait du côté civilisé et fut estomaqué par le spectacle. Des files de voitures ininterrompues paraissaient fuir droit devant elles.
Paula scruta par-dessus son épaule et s’immobilisa.
— Qu’est-ce qu’il se passe ?
— Aucune idée…
— On va peut-être regarder les infos non ?
Elle repartit en sens inverse, mais se figea de nouveau en apercevant par l’ouverture opposée.
— David… je crois, non, je suis sûre qu’il y a un problème.
En un rien de temps, ils contemplaient le paysage peu banal qui s’offrait à eux.
— Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel…
— Je n’aurais pas dit mieux !
Dans les champs, les épis qui n’avaient pas été récoltés avaient poussé démesurément tout en s’entrelaçant. On distinguait par endroit des murs végétaux commençant à se former, à d’autres c’était comme une voute posée sur le sol qui rampait vers les autres.
Il ne voyait rien à l’œil nu, rien ne paraissait bouger, et pourtant une construction était en cours.
David se retourna vivement pour attraper son téléphone.
— Ouf, il y a du réseau. J’appelle Kate.
Paula fila devant son écran pour chercher de l’information alors qu’il tombait directement sur la messagerie de sa femme.
— Chérie rappelle moi s’il te plait, il se passe des choses étranges par ici. Fais-moi signe rapidement.
Paula leva les yeux vers lui et son regard en disait long sur son soudain état de panique.

0.0